Séjour à Kyoto

Nous laissons Tokyo dernière nous pour aborder la deuxième partie de notre séjour. Si vous avez loupé la première partie, c’est par ici.
Nous arrivons en fin de matinée à la gare pour prendre le fameux Shinkansen, en quelques mots l’équivalent de notre TGV. Ce train est réputé pour sa ponctualité, devant partir à la seconde près selon ses horaires.
L’accès aux quais est similaire à ce qu’on peut connaître chez nous, on trouve notre train sur les écrans puis le numéro de voie. Classique donc.
Une fois arrivés sur le quai, vous devez faire la queue devant le numéro de votre voiture. 5min avant le départ, on commence à s’interroger, les portes restent fermées, on commence à regarder autour de nous, les autres utilisateurs ne semblent pas plus perturbés, on se dit que tout est alors normal J.
Quand les portes s’ouvrent enfin, tout le monde prend tranquillement sa place. De notre côté, nous sommes un peu embêtés avec nos grandes valises, impossible de les placer dans les rails au-dessus des sièges et nous ne trouvons pas d’emplacements pour bagages comme sur nos TGV… Ni une ni deux, sans avoir demandé, je vois notre voisin se lever et me faire un signe, il m’indique de le suivre, on traverse donc tout le wagon et il m’indique avec un grand sourire où placer nos bagages… La gentillesse nippone n’est donc pas un mythe, tout comme la ponctualité du Shinkansen, nous partons pile à
l’heure, comme prévu !!!
A l’intérieur, on s’amuse des grands hublots, on a l’impression d’avoir pris place dans un avion. Notre trajet va durer 2h jusqu’à la gare de Kyoto.
Une fois à la gare, on trouve des casiers afin de laisser nos bagages sur place quelques heures. On retrouve ces casiers un peu partout au Japon. Pour 600Y, vous pouvez déposer de grandes valises pour 24h. Cela nous permet de visiter directement le temple Fushimi Inari Taisha sans devoir déposer nos affaires au prochain appartement.

Une petite glace au soja et matcha, ça vous tente ? 🙂

On saute donc dans un train régional pour arriver au pied du temple. J’attendais l’endroit avec impatience, on voit régulièrement des photos des Toriis oranges sur le web. Le sanctuaire est composé d’environ 10 000 portes et se trouve sur une colline. On arrive en début d’après-midi, le soleil tape fort ! Au point qu’on a rapidement besoin de se rafraichir. On se laisse alors tenter par un des nombreux glaciers du coin. Le temple étant une zone très touristique, on y trouve de nombreux stands de nourriture. On s’approche pour choisir les parfums… surprise, on est loin des goûts occidentaux !!! Ici, c’est glace au soja, haricots rouge, wasabi ou autre matcha !!! On oublie le classique vanille framboise pour découvrir ces nouvelles saveurs. La poulette tente une glace au soja pendant que j’essaye soja – matcha.

C’est une glace à l’italienne très onctueuse mais très peu sucrée par rapport à qu’on a l’habitude de déguster en France. Nous avons néanmoins apprécié ces parfums originaux, passé la surprise de la première bouchée, on se fait très vite à ces nouvelles saveurs !!!

Les Torri du temple Fushimi Inari Taisha, un endroit à ne pas manquer !

Après cette petite pause fraicheur, on se remet en route pour visiter le temple. Les abords sont noirs de monde et je commence rapidement à m’inquiéter pour les photos que j’avais déjà en tête. Au fil des voyages, j’ai appris à accepter ces petits désagréments, on voit sur les réseaux sociaux de superbes photos qui donnent envie de voyager mais une fois sur place, c’est souvent la douche froide et cela peut être très frustrant pour les fans de photographie. J’ai appris à faire avec ces contraintes. Je cherche alors d’autres points de vue et surtout je mets de côté la frustration qui pourrait m’empêcher de vivre à fond l’instant présent. Surtout que l’endroit est vraiment magique, perché sur une colline dans une forêt verdoyante, les toriis accompagnent les visiteurs jusqu’au sommet. On essaye d’oublier le monde et nous continuons d’avancer mais il faut le reconnaître, les premières portent sont pénibles à passer tant la foule est compacte.

Le Torri est un portail traditionnel japonais, ici vous en trouverez pas loin de 10 000 !!!

En continuant à marcher on arrive néanmoins à avoir plus de place et le calme s’installe. L’occasion d’entendre le vent souffler sur les feuilles de bambous, très apaisant. Il faut bien compter 1h sans pause avant d’arriver au sommet (230m) mais monter vaut réellement le coup, vers la fin on se sent vraiment seul et on peut alors pleinement profiter du lieu et de son authenticité.

Au final on aura bien passé 3H sur ce site qui restera dans le top de ma liste des choses à faire au Japon. Nous retournons donc à la gare de Kyoto récupérer nos valises puis direction l’appartement qui est situé dans le nord du quartier de Higashiyama. Un quartier résidentiel très calme. D’ailleurs on ne passe pas inaperçu avec nos valises dans ces petites ruelles. Sans signe de notre part, un automobiliste va même s’arrêter, descendre de sa voiture et nous demander notre destination – pourtant loin d’être perdus – il va gentiment nous guider jusqu’à l’adresse. Si ça c’est pas la classe J.

Après cette première journée bien chargée à Kyoto, on établit autour d’un bon plat de pâtes notre plan d’attaque pour la deuxième journée de visite. L’occasion aussi pour nous de constater la différence entre les deux villes (Tokyo – Kyoto), surtout au niveau des solutions de transports. Après quelques jours passés à la capitale, nous avions pris le pli d’utiliser le métro pour nos déplacements, simple et rapide, c’était la solution idéale pour nous. A Kyoto, c’est un peu différent, le réseau de lignes du métro est beaucoup moins développé et la ville n’est pas entièrement couverte. Il faudra donc passer par le bus souvent bloqué dans le trafic… Traverser la ville est donc plus fastidieux et plus long.

Ambiance nocturne au centre ville

Kyoto : Jour 2 J

Réveil matinal pour aller marcher le long du « chemin de la philosophie », c’est une belle promenade sur les bords d’une petite rivière bordée, je vous le donne en mille, par des cerisiers. Nous avons bien fait de partir tôt, arrivés sur place le coin est encore très calme. Pour profiter de cet endroit très zen, il vaut mieux dans la mesure du possible éviter la foule. Le long de cette promenade, nous visitons quelques temples.

Au fil de la matinée la promenade se remplit de touristes… Nous commençons à comprendre qu’ici, il sera difficile de trouver des endroits au calme sans devoir se lever tôt. Kyoto est une ville plus petite, elle ressemble plus à l’image qu’on se fait du vieux Japon avec plus de sites historiques et de temples. Ce qui en fait une ville très prisée par les tours opérateurs. L’avantage d’avoir fait notre propre programme est que nous pouvons changer comme bon nous semble nos visites durant la journée. En fin de matinée, le site est noir de monde, on décide alors de s’en éloigner pour aller manger au calme, histoire de reprendre quelques forces avant le prochain bain de foule. J’en profite pour goûter les fameux « Onigiri », ces triangles de riz entourés d’une feuille de nori et fourrés par une petite prune salée. Depuis tout petit j’ai toujours vu cet encas dans différents dessins animés japonais, l’occasion était donc trop belle pour ne pas passer à côté de l’expérience. C’est un véritable petit sandwich sauf qu’ici on a remplacé le pain par du riz.

« Simple » billet d’entrée dans un parc, même ça c’est la classe 🙂

Les détails, toujours les détails 🙂

Pour la suite, c’est, visites de temples et de jardins. On ne peut rester insensible face à ces petits coins de verdure pensés pour l’apaisement de l’esprit. Rien ne dépasse tout est à sa place jusqu’à l’herbe coupée au millimètre près. On reste assis de longues minutes à l’ombre d’un vieil arbre pour profiter à fond de cette ambiance si particulière. Si bien que l’après-midi file à la vitesse de l’éclair. L’occasion pour nous de profiter d’un beau couché de soleil lors du retour à l’appartement.

Kyoto Jour 3

Nous commençons pas traverser complètement la ville pour cette nouvelle journée. Direction la bambouseraie d’Arashiyama. Comme la vieille, on décide de se lever tôt (qui a dit que c’est reposant les vacances J ) afin d’éviter la horde des touristes. J’attendais avec impatience cet endroit bien connu des photographes. Depuis l’arrêt de bus, il faut encore marcher de longues minutes jusqu’à atteindre la forêt. C’est un décor magique qui se tient devant nous, certains bambous s’élèvent à plus de 30 mètres de hauteur, on pénètre un univers hors du temps qui dégage un sentiment de sérénité et de calme. C’est un vrai plaisir que de se balader dans la fraicheur matinale et d’admirer ces bambous qui se balancent au fil du vent. On fait durer le plaisir en flânant le long de l’allée aménagée pour les touristes et on en profite pour visiter d’autres jardins juste derrière la bambouseraie. On voit souvent sur Internet des photos de cette allée, vide, en réalité, si vous voulez faire ce genre de photo, sans personne à l’horizon, il faudra se lever encore plus tôt et être sur place juste après le levé du soleil…

La bambouseraie d’Arashiyama, un lieu magique hors du temps !

En fin de matinée, petite pause pour déguster le traditionnel thé Matcha avant de redescendre tranquillement vers la ville. Nous sommes une fois encore bien heureux d’avoir fait le choix de nous lever tôt, à 11h, le site est devenu une vraie fourmilière…

La cérémonie du thé, un autre grand classique !

A midi, nouveau test culinaire, au menu du jour, les fameux tempuras, aux crevettes, aux légumes et aux racines de lotus….. Encore une spécialité délicieuse, rien que d’y repenser j’en ai l’eau à la bouche J

Direction ensuite Gion, un quartier de Kyoto traditionnel qui a su garder tout son charme d’antan. Si j’ai pu pester à quelques reprises sur les nombreux fils électriques qui enlaidissent les petites ruelles, notamment à Tokyo, il en est tout autrement ici puisque dans ce secteur, les lignes sont enterrées, comme ça, pas d’éléments qui viennent perturber la vue J. Le quartier est également réputé pour ses rassemblements de « Geishas ». C’est là où les nippones aiment à enfiler pour quelques heures l’habit traditionnel pour une séance photo entre ami(e)s. Il est vrai que l’endroit s’y prête à merveille avec ces vieilles maisons typiques en bois et leurs portes d’entrées coulissantes comme on peut les voir dans les films. Sans hésitation une visite à ne pas louper !!!

Pour finir cette journée bien chargée, direction le temple Kiyomizu-dera. Le site est composé de plusieurs temples et surplombe la ville de Kyoto, c’est l’endroit parfait pour admirer le soleil se coucher sur la ville. A la nuit tombée, c’est un autre spectacle qui commence puisque le parc entourant les temples s’illumine. Malgré la fatigue on reste encore quelques minutes pour s’imprégner des lieux avant de revenir à l’appartement les jambes lourdes mais des souvenirs plein la tête après cette très longue journée de visite.

Kyoto Jour 4 :

4ème et déjà dernier jour de notre séjour à Kyoto, c’est bizarre comme le temps semble toujours filer plus vite pendant les vacances J.

Au programme, grasse matinée pour une fois ! Malgré tout, le réveil semble plus difficile que les jours précédents après notre longue marche de la vieille, il va falloir élaborer un programme un peu plus léger… Enfin essayer J

Première visite, le fameux Kinkaku-ji, le temple du Pavillon d’or, comme son nom l’indique ce temple est entièrement recouvert d’or, c’est un des temples les plus visités de Kyoto et on va bien s’en rendre compte !!! On s’avance innocemment jusqu’à l’entrée du temple, là les cars des touristes s’entassent déjà sur le parking… Mais bon tant qu’à avoir fait le déplacement, on va pas se défausser maintenant. Une fois à l’intérieur, c’est le bain de foule, les allées sont noires de monde et il faut suivre le rythme de la masse qui avance à petits pas, impossible de faire demi tour ici tant la marée humaine est compacte !!! Je dois le dire, je c’est de loin la visite la plus pénible de tout le séjour, le temple bien entendu est très beau et le parc qui l’entoure toujours aussi soigné mais se faire bousculer pendant presque une heure, ça gâche tout le reste. Je n’ai même pas eu le courage de sortir mon appareil, c’est dire ;p. Si je devais retenter l’expérience, là encore je visiterais ce temple de bonne heure afin de pouvoir pleinement profiter des lieux sans la foule.

« Melon pan », ma gourmandise me perdra 🙂

Pour continuer, on s’arrête dans le parc Kyoto-Gosho qui est l’ancienne résidence impériale, quand Kyoto était encore la capitale du pays. On profite de ce retour au calme pour s’installer à l’ombre des arbres. Sur la route, j’ai retrouvé une petite gourmandise tant appréciée à Tokyo, le Melonpan J. De quoi repartir du bon pied.

Une fois reposé, on entre dans le palais pour une nouvelle visite. Le site est très bien fait et les explications nombreuses pour bien comprendre la vie à la cour des empereurs Japonais. Le site entouré de grands remparts en pierres est immense, il faut bien compter 1h pour visiter les lieux.

Ensuite, c’est retour vers notre appartement après quelques arrêts shopping et visites de temples sur le chemin. Nous devons encore faire les valises avant notre départ pour Osaka avant de tester les célèbres restaurants de Teppanyaki. Cela désigne tout simplement les restaurants qui proposent la cuisson des aliments sur une plaque chauffante. Généralement les tables sont également installées autour de la plaque de cuisson permettant de voir le chef préparer les plats.

On essaye de profiter de ces derniers moments pour bien s’imprégner de l’atmosphère particulière de Kyoto. J’ai vraiment adoré le contraste avec Tokyo, à Kyoto règne dans certains endroits une ambiance de « petit village » avec une place pour la nature plus importante. Elle mérite bien son titre de capitale de la paix et de la tranquillité. Il suffit de se rendre dans un des nombreux temples pour en ressentir les vibrations. Les vieilles maisons en bois participent aussi à donner à l’ensemble une impression d’un Japon plus authentique, porté sur les traditions. Le revers de cette médaille est sans nul doute la quantité impressionnante de touristes, je ne sais pas si à l’occasion de la période des cerisiers on atteint un pic de fréquentation ou si la ville est toujours bondée mais en cas de voyage organisé, il faudra s’armer de patience pour affronter la foule. De notre côté, à part la visite du Pavillon d’or, nous avons réussi à profiter des différents lieux en visitant les points principaux de bonne heure.

A très vite pour la suite et fin de notre voyage au Japon.