Ici, oubliez les tests techniques et les tests de performances. Il y a déjà pas mal de ces articles sur youtube ou sur le net. Pour vous donner une idée des capacités de la bête. Je ne parlerai que de mon ressenti, celui d’un fan de photo exigeant qui utilise pour la première fois un drone et qui se lance dans la vidéo. Je vous expliquerai ce qui a fait pencher la balance pour ce drone plutôt qu’un autre et ce qu’il va pouvoir m’apporter dans ma pratique photo.

 

Les photos que vous verrez dans l’article sont sans retouches, directement sorti du drone DJI MAVIC PRO (sauf indications contraires :p). Ces photos vous permettront de vous donner une meilleure idée du résultat que vous pourrez obtenir.

Test du DJI Mavic Pro

Pourquoi j’ai craqué pour le DJI MAVIC PRO ?

Il y a encore quelques mois, je ne m’intéressais pas du tout aux drones. A tort, je pensais qu’ils étaient réservés aux vidéastes. L’amélioration des capteurs permet aujourd’hui d’avoir une qualité photo tout à fait acceptable par rapport à un reflex numérique. Bien sûr, il existe des solutions pour monter un réflex ou un hybride sur un drone mais là, on n’est plus du tout dans les mêmes budgets, sans parler du fait que je ne suis pas encore tout à fait prêt psychologiquement à envoyer mon précieux boitier + objectif voler à 50m d’altitude :p.

 

Outre la qualité photo, le reproche principal que je pouvais faire à ces engins est l’encombrement. Quand on voit la taille d’un DJI Phantom 4, je trimballe déjà un gros sac à dos avec réflex numérique et objectifs, ajouter un autre sac rien que pour le drone était pour moi tout simplement impensable pendant nos vacances.

 

D’un autre côté, j’ai toujours aimé la possibilité qu’offrent les photos aériennes, une nouvelle dimension s’ouvre à vous, le seul hic (à part ne pas avoir d’hélicoptère) est que j’ai vraiment le vertige, pouvoir prendre des photos en hauteur les deux pieds fermement ancrés au sol… que du bonheur J /

Le MAVIC PRO et ses concurrents

En face du DJI MAVIC PRO, on retrouve le Go Pro KARMA et je dois le dire, ce dernier avait longtemps ma préférence car beaucoup plus polyvalent. Ce drone vient avec une Go Pro + Drone + Grip stabilisateur pour filmer au sol + télécommande avec retour écran (pas besoin de Smartphone pour l’utiliser). Pour moi le concept est super, vous pouvez faire évoluer votre matériel sans devoir tout changer. Je m’explique, sur le DJI MAVIC PRO vous ne pouvez pas changer votre caméra, alors que sur le GoPro KARMA, vous pourrez acheter les nouvelles versions Go Pro qui offriront très certainement une amélioration de la qualité photo.

L’autre gros point fort du KARMA, c’est son grip stabilisé. Une fois votre session drone terminée, vous pouvez filmer au sol en accrochant la Go Pro sur ce grip améliorant grandement la qualité de vos prises de vue. Bref avec le Karma vous pouvez passer de la vidéo en vol à de la vidéo sous-marine … On peut difficilement faire plus complet.

Alors pourquoi ai-je finalement choisi le MAVIC PRO ? Malheureusement, le Go Pro Karma a connu quelques déboires lors de son lancement, Go Pro a dû rappeler tous ses drones et stopper la commercialisation suite à des problèmes de vol, certains drones tombaient d’un coup au sol…. Pour le novice que je suis dans le domaine, ce n’était pas très rassurant.

De plus, en partant sur le DJI Mavic Pro, on bénéfice du savoir-faire DJI spécialisé depuis plusieurs années dans ce domaine. Le Mavic Pro possède plus d’options de vol et surtout des capteurs anti collision.

Dernier point qui a fait définitivement pencher la balance pour moi, l’encombrement, même si le Go Pro Karma est très compact, il est tout de même plus imposant que le MAVIC PRO et dans mon sac photo, chaque espace compte.

Vous trouverez d’autres drones dont ceux de chez Parrot qui sont également très intéressants pour des budgets plus petits. Pour moi la qualité photo était vraiment primordiale mais pour ceux qui souhaitent un drone uniquement pour voler et moins pour prendre des photos ou vidéo, Parrot est un choix judicieux

La qualité de fabrication du Mavic Pro

Lors de la première prise en main, j’ai été agréablement surpris par la qualité des matériaux, le plastique utilisé donne une impression de qualité et le montage des composants est soigné. On sent que DJI a apporté un soin particulier aux finitions et notamment au moment de replier les bras du MAVIC pro.

 

Idem pour la télécommande, le poids lui confère vraiment une impression de solidité et ne fait pas du tout gadget. Les joysticks sont souples et précis.

 

Après quelques utilisations, j’émettrai tout de même certaines réserves sur deux éléments :

– La nacelle stabilisée avec caméra : pour moi c’est vraiment le point faible de ce drone, on a l’impression qu’au moindre choc l’élément va se décrocher du reste de l’appareil. Certes ce dernier est livré avec une bulle de protection en plastique mais cet élément dégrade l’image surtout quand vous shootez en face du soleil. Du coup en vol, j’ai choisi d’enlever cette protection. Revers de la médaille, la caméra se retrouve plus exposée.

 

– Pas de pieds : je me demande encore pourquoi DJI a pensé à inclure des bras pliants mais pas de pieds ? Mais pourquoi :p ???

Lors de l’atterrissage sur un terrain plat, aucun soucis… Atterrir sur un terrain accidenté ou dans de l’herbe… c’est déjà plus délicat, le Mavic pro étant relativement plat, une des hélices risque de toucher le sol avant que le drone touche terre. Lors d’un vol ce matin, l’hélice arrière de mon drone est allé couper une touffe d’herbe qui dépassait du reste du champ, si cela avait été une pierre… Au revoir petit hélice… :p

Les avantages du DJI Mavic Pro

  • L’encombrement

Je le place en premier car pour moi c’est le point fort du MAVIC PRO. Puisqu’une image vaut plus que des mots, voilà la comparaison avec une canette pour vous donner une idée de la place que prend ce drone replié. Je sais déjà qu’il va venir avec nous pour les prochaines vacances afin de ramener des photos inédites des lieux visités.

 

  • La télécommande

Comme pour le drone, les éléments se replient, du coup, on a vraiment une télécommande très compacte et l’écran est parfaitement lisible, même en plein soleil.

 

  • La qualité photo/vidéo

Pour ce test, j’ai utilisé le drone avec les paramètres d’origine afin que vous puissiez vous rendre compte du rendu dès votre premier vol. Pour les utilisateurs avancés, vous pouvez comme sur un appareil traditionnel jouer avec les paramètres pour obtenir un maximum de vos photos.

Le MAVIC Pro permet également de prendre des photos en RAW afin de pouvoir aller encore plus loin dans vos retouches.

 

Exemples : différence Photo JPEG et RAW après développement // Le RAW vous permet de mieux restituer les couleurs et de pouvoir obtenir une meilleure qualité de photo qu’un simple JPEG.

Photo sans retouche en JPEG

Photo prise en RAW après retouche

Dans l’ensemble, même pour l’utilisateur exigeant que je suis, je trouve que la qualité d’image est vraiment très bonne surtout en utilisant la fonction RAW de l’appareil. En agrandissant, les détails sont nets. On perd un peu en qualité sur les bords de l’image mais ce phénomène se retrouve sur la quasi totalité des appareils, même sur les meilleurs reflex.

Agrandissement à 100% dans le centre de l’image et sur les côtés.

Agrandissement à 200 %

Un seul petit bémol néanmoins, en faible luminosité, la qualité de votre image ou vidéo, se dégrade très vite au delà de 400 iso. On se retrouve même très loin des possibilités des derniers smartphones dans ce domaine. Dommage.

Comme vous pouvez le voir, quand la lumière est moins présente, l’image perd vite en qualité.

La vidéo :

J’ajouterai par la suite mes impressions sur la vidéo, commençant tout juste à m’y intéresser, il est compliqué pour moi de donner à l’heure actuelle un avis objectif. Le seul élément que je peux donner actuellement est la facilité avec laquelle on passe de la photo à la vidéo. Vous avez deux boutons dédiés sur la télécommande, pas besoin de passer par les menus.

La sécurité d’utilisation

 

L’investissement de base étant relativement conséquent, il est toujours rassurant surtout pour des novices, de savoir que vous disposez d’éléments de sécurité que vous pourrez désactivés par la suite.

 

La stabilisation : quand vous lâchez les josticks, ces derniers reviennent sur une position neutre et le drone se stabilise automatiquement.

L’atterrissage, le drone détecte quand il arrive près du sol et ralentit pour ne pas se poser trop brutalement.

 

Détecteur d’obstacle : en marche avant, si vous rencontrez un obstacle, deux possibilités, soit votre drone s’arrête et vous entendrez une alarme au niveau de la télécommande, soit vous avez réglé dans les paramètres l’évitement automatique de l’obstacle.

Remarque : le détecteur est très sensible, j’ai volé par temps brumeux et il s’est mis à plusieurs reprises en sécurité.

 

Les modes de vol pour la vidéo :

DJI a pensé à intégrer des modes automatiques pour prendre des vidéos. De quoi améliorer grandement la qualité de vos séquences et vous faire passer pour le Spielberg du coin :p . Le drone peut vous suivre lors de vos déplacements ou il peut tourner automatiquement autour de votre sujet.

Les inconvénients du Mavic Pro

  • Autonomie

Même si l’autonomie s’est améliorée par rapport aux anciennes générations de drones, elle reste tout de même limitée. De mon côté, j’ai chronométré durant mes sessions, généralement la batterie tient approx 21min. Du coup entre le décollage/l’atterrissage, le déplacement et le temps pour trouver le bon angle de vue, votre fenêtre pour vraiment filmer ou prendre des photos est assez courte. Pour moi l’acquisition de batteries supplémentaires est vraiment un bon investissement mais cela va encore alourdir l’addition L.

  • Bruit

Je dois le dire, j’ai été surpris par cet aspect et pas forcément dans le bon sens, je trouve le drone assez bruyant, d’ailleurs je l’appelle le gros bourdon car c’est un peu le même bruit mais très amplifié. Pour vous donner une idée… je l’entends à plus de 50m de distance. Dans le genre discret, on repassera :p.

 

  • Vous ne passerez pas inaperçu !

C’est peut-être le point qui me dérange le plus. Les drones n’ont pas forcément toujours bonne réputation, à tort ou à raison d’ailleurs. Avec le bruit lors de l’utilisation vous n’allez malheureusement pas passer inaperçu. Durant mes sessions, j’ai toujours utilisé le drone dans des zones comme des champs ou en forêt etc. Si pour le moment, les gens ont toujours étaient bienveillants venant parfois à ma rencontre pour poser des questions, je sais très bien qu’un jour ou l’autre, on viendra me voir d’une façon moins amicale.

Comme pour la photo de rue, certaines personnes peuvent réagir assez fortement mais avec un sourire et en expliquant votre démarche, cela passe toujours beaucoup mieux.

 

Où voler

Ce point rejoint le précèdent paragraphe, pour laisser aux gens une bonne image du drone, il faut respecter les règles déjà mises en place. Le drone est une activité encore assez jeune, les règles vont encore changer, évoluer. Personnellement, j’ai un peu peur que la mauvaise utilisation que certains en font ne pénalise les autres.

De mon côté, je vérifie toujours si je peux voler dans la zone où j’ai prévu de shooter.

Vous trouverez une carte très pratique pour savoir où vous pouvez voler ou non ici :

https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/restrictions-pour-drones-de-loisir

 

Mes premières sorties

Alors comment ça se passe concrètement lors d’un premier vol ?

Je dois le dire, la première mise en route m’inquiétait un tant soit peu, j’avais vu pas mal de vidéos sur des anciennes générations (Phantom 3 – 4) et certains ont bien galéré pour réussir à faire décoller leurs drones (problèmes de mise à jour, problème de connexion télécommande – drone, etc etc…). J’ai donc dans un premier temps pris le temps de mettre le système à jour, tout se fait automatiquement en quelques minutes et tout s’est très bien passé, aucune difficulté.

Pour le décollage, rien de plus simple, batteries chargées, vous déployez le drone et mettez votre Smartphone (en ouvrant l’application DJI) dans la télécommande pour obtenir un retour vidéo. Une fois allumé, une simple pression sur la touche décollage et le drone se stabilise à environ 1m du sol. Après, c’est à vous de jouer !!!

Les premières sorties sont toujours impressionnantes, le drone réagit rapidement et de façon précise et l’envoyer haut dans le ciel est un mélange d’excitation et de stress. Je vous conseille dans les premiers temps de rester en mode débutant, le drone se déplacera plus lentement et le système vous donnera des conseils pour l’utilisation.

Vous pouvez également passer l’appareil en mode sport mais là attention… les dispositifs de sécurité sont déclenchés et le drone va vraiment mais vraiment très vite (65 km/h), on n’a pas le droit à l’erreur, vous voilà prévenus :p.

En vol, le plus difficile est d’avoir des repères sur les obstacles environnant. Quand vous êtes à 50m de distance à une hauteur de 20m, il n’est pas toujours aisé de savoir si votre drone est à 5m d’une branche ou à 1m. Heureusement, le DJI MAVIC pro possède des capteurs pour éviter toute collision mais le risque zéro n’existe pas.

La difficulté d’appréciation de l’environnement est d’autant plus compliquée que le retour vidéo sur le Smartphone n’est pas toujours optimal. Bien entendu cela va dépendre de votre téléphone ou tablette mais vous allez souvent devoir tourner le dos au soleil pour avoir un meilleur retour sur écran.

En théorie, vous pouvez piloter votre MAVIC Pro jusqu’à 7km de distance, voilà pour le chiffre officiel, mais la Loi elle, vous dit que vous devez toujours garder votre drone en vue…

Le temps était brumeux ce jour là

Mon avis sur le Mavic Pro

Toujours en train d’apprivoiser cette nouvelle façon de shooter, je ne tire donc pas encore 100% de ce drone mais j’aperçois déjà les possibilités que m’offre ce système. L’impression que me laisse le MAVIC PRO est vraiment excellente, on sent que DJI n’en n’est pas à son coup d’essai, les détails de finition, l’ergonomie des menus et la qualité de la télécommande sont les parfaits exemples du savoir-faire DJI.

Bien sûr le drone n’est pas parfait, la nacelle où repose la caméra ne semble pas des plus solide et j’aurais personnellement aimé avoir des pieds pour atterrir plus facilement mais on oublie vite ces quelques petits défauts une fois en vol.

D’ailleurs, le MAVIC PRO est très facile à prendre en main et à utiliser mais attention à ne pas prendre top vite confiance. Pour maitriser la direction et la caméra, il faudra de nombreuses heuresJ.

Très compact, c’est le compagnon parfait des voyageurs ou randonneurs cherchant à ramener des photos d’une nouvelle dimension. Que ce soit la vidéo ou la photo, la qualité est bien présente.

Les plus :

  • Qualité image
  • Compact
  • Facilité d’utilisation
  • Bonne stabilité
  • Facilité de vol….

Les moins

  • …Mais qui se dégrade très vite en faible luminosité
  • Prix
  • Nacelle stabilisée qui semble fragile
  • Autonomie
  • ….mais attention à ne pas prendre confiance trop vite

MAJ 27/10/2017 : Erreur : Nacelle obstruée Mavic pro

 

Bonjour les amis, je me devais d’apporter une petite mise à jours à mon test du Mavic Pro. Ce paragraphe pourrait aider certains d’entre vous.

Après quelques mois d’utilisation, j’ai emmené mon drone lors de mon dernier voyage au Canada. Après quelques vols, j’ai commencé à avoir un problème avec la nacelle, je précise, je n’ai jamais crashé mon mavic. Ne pouvant plus utiliser le mode vidéo ni le mode photo, j’ai du ranger mon drone pour le reste des vacances L, grosse déception.

Les symptômes ? Voici une vidéo d’un internaute ayant exactement les mêmes mésaventures, la nacelle devient complétement folle et part dans tous les sens.

https://www.youtube.com/watch?v=C0C0Cj7YAaQ

Il semble que ce problème soit malheureusement assez récurent sur ce modèle, j’ai contacté DJI qui m’a d’abord demandé de revenir à une version précédente du drone et de réinitialiser la nacelle… Si vous rencontrez le même problème, ne perdez pas votre temps, renvoyez le directement à DJI. C’est un problème matériel et non de software.

Mon mavic pro est parti en réparation le 15/10/2017. J’attends encore une réponse de DJI pour une date de retour. Je vous tiendrez au courant de la situation.