Carnet de voyage #01 Bali

On se retrouve ici dans une section, un peu particulière, en plus de la photo, une autre de mes passions (comme beaucoup de monde, il est vrai), c’est les voyages ! Je me dis pourquoi ne pas conjuguer les deux de temps en temps ? Partager avec vous mes photos et mes impressions sur une destination, tout en distillant de-ci de-là, quelques conseils pour les photos ? Je vous propose aujourd’hui ce premier carnet de voyage sur Bali (en bonus, quelques photos de notre escale à Singapour).

Après avoir pas mal voyagé au pays de l’oncle Sam et vers quelques autres destinations ensoleillées, un changement de cap radical s’imposait. Ni une ni deux, la poulette et moi
sortons notre plus belle carte et commençons à regarder ce qui se passe de l’autre côté du globe. Très rapidement un nom ressort du lot « Bali ».

Quand on évoque Bali, on a tous en tête son climat, ses rizières et la gentillesse de ses habitants. C’est la première fois que nous partions en Asie et il est clair que nous rêvions de dépaysement (comme tout bons voyageurs qui se respectent finalement), de sortir de notre routine quotidienne et d’ouvrir notre esprit à des cultures différentes.

En revanche, ce que nous ne savions pas en partant, c’est que Bali est actuellement une destination très à la mode pour les Français. Nous allons en effet croiser un bon nombre de « nos chers compatriotes » – Nous qui recherchions du dépaysement, c’est pas gagné :p// Mais bon, il y a bien plus grave dans la vie… n’est-ce pas ?

La meilleure période pour y aller étant d’avril à octobre, nous sommes partis en septembre pour une dizaine de jours. Et comme il ne coûte pas cher de se déplacer, nous avons décidé de prendre trois hôtels différents, le 1er et le 2ème à Ubud, au centre de l’ile et le 3ème à Seminyak, près de la mer. Nous avons choisi Ubub par sa localisation centrale dans l’ile afin de pouvoir nous déplacer plus facilement. Mais pour une fois, ce sera des vacances un peu plus farniente qu’à notre habitude, besoin de repos et surtout de profiter des superbes hôtel qu’offre l’ile… Donc moins visiter veut aussi dire moins de photos, mon appareil est resté un peu plus souvent dans son sac, au grand plaisir de la poulette… (d’ailleurs, cela me donne une idée pour un prochain article – « Les photos de voyages avec son/sa chéri(e), mode d’emploi »)…

Après une première escale de 3 jours à Singapour (que je vous recommande également chaudement) nous arrivons à Denpasar !!! Comme il est déjà tard, nous ne voyons malheureusement pas grand-chose depuis le taxi qui nous emmène de l’aéroport jusqu’à Ubud. On se rend simplement compte qu’en sortant de la ville, on se retrouve rapidement à la campagne et au calme. Durant le trajet, on ne croise que très peu de voitures ou de scooters.

L’arrivée à l’hôtel se fait comme on a pu se l’imaginer, dans un environnement luxuriant, ouvert sur l’extérieur, laissant place belle à la nature. Ça peut paraître tout bête mais ce que j’adore quand je voyage, c’est d’arriver comme ça, le soir. Pourquoi, allez-vous me dire ? Eh bien c’est simple, l’arrivée est toujours un sentiment assez particulier pour moi, on se retrouve loin de chez soi dans un endroit totalement inconnu, fatigué par le transport. Du coup, vous n’avez pas forcément envie de partir tout de suite à la découverte du lieu et même parfois, vous vous demandez ce que vous faites ici.  Alors qu’après une bonne nuit de sommeil, avec la belle et douce lumière du jour, les lieux sont totalement différents et l’effet de surprise est vraiment au rendez-vous.  On prend pleinement connaissance de notre entourage, des petits détails qui en font un lieu unique, on est reposé, prêt à attaquer ses vacances de la meilleure des manières et on oublie les longues heures d’avion.

1ère impression : Bali c’est top !!!

Eh oui, se retrouver dans ce petit hôtel à Ubub, complètement enveloppé par la nature est vraiment quelque chose d’unique. Le mélange du vieux bois, de la roche, de l’eau et des plantes, donne un aspect très zen à l’ensemble. La première surprise est d’apercevoir les rizières qui sont à deux pas de l’hôtel, dépaysement garanti. L’autre chose qui vous marque immédiatement, c’est la gentillesse des Balinais qui sont prêts à tout pour que vous passiez le meilleur séjour possible.

Après un peu de repos, nous n’avons finalement pas pu résister à aller visiter le centre d’Ubud. D’ailleurs n’ayez pas peur de prendre un hôtel un peu excentré, la plupart proposent des services de navettes (gratuites) qui vous déposent au cœur de cette petite ville. Soyons franc, à la première visite, j’ai été assez surpris par ce lieu, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus…comment dire…typique. Eh oui, le tourisme de masse a déjà façonné le paysage ici, on retrouve restaurants, boutiques et autres magasins les uns à côtés des autres. Heureusement, ce qui vient sauver un peu tout ça, c’est le soin apporté à la décoration des lieux, chaque magasin a son identité … Ouf on est loin des chaines de magasins qu’on retrouve chez nous :).

J’avais également un peu peur des restaurants « attrape-touristes », plats chers et sans intérêts. Sur ce point, j’ai été agréablement surpris, je crois que nous n’avons jamais aussi bien mangé en vacances et surtout pour un prix vraiment dérisoire. D’ailleurs, si vous êtes de passage à Bali, impossible de passer à côté du Nasi Goreng et du Mie Goreng, nouille ou riz qui sont frits dans l’huile d’ail, avec un œuf, du piment, oignon, tomate et différents légumes. Autre spécialité à ne pas louper, le café « Kopi Luwak », café le plus cher du monde mais à la fabrication…comment dire, assez étonnante. Les producteurs font manger les graines à un animal de la famille de la fouine, le luwak. Ce dernier ne digère qu’une petite partie et rejette le reste de la graine de café par voie naturelle :). On ramasse donc les excréments, qu’on nettoie et qu’on torréfie pour donner ce café si spécial. L’avantage ? C’est d’avoir un café aux notes de chocolat et de noisette… What else !

 

Mie Goreng

Mie Goreng

 

Pour les visites, Ubud est un bon point de départ pour aller voir les rizières, parmi les plus connues, les rizières de Jatiluwih. J’avais en tête quelques idées de photos, malheureusement, quand nous y sommes passés, tout était sec, ce n’est pas la meilleure période pour profiter de cet endroit… Si comme moi, vous aimez la photo et les voyages, vous savez que ce genre d’aléa est fréquent, vous ne pouvez pas toujours être à la bonne heure avec la bonne météo sur un lieu en particulier. Les photos que vous pouvez voir d’un endroit sont liées à deux choses, soit vous avez énormément de chance et vous tombez sur le temps idéal pour shooter, soit il faut rester plusieurs jours sur place et retenter sa chance le lendemain. Quand j’ai commencé la photo, j’étais parfois frustré (voire très frustré) par ça :p, aujourd’hui je vois les choses autrement, si la photo que j’avais en tête n’est pas possible, il y a toujours autre chose à faire.

Par exemple : en cas de pluie, nuage ou même brouillard, pourquoi ne pas tenter des poses longues ? Pour ce faire, vous avez besoin d’un trépied et d’un filtre ND (on y reviendra sur un prochain article). En utilisant le noir & blanc, on peut arriver à des résultats très intéressants en termes d’atmosphère. En cas de soleil, je vous conseille de prendre des photos assez tôt le matin ou en fin de journée pour profiter d’une lumière douce qui mettra en valeur vos photos.

Dans ce cas,  j’ai oublié les belles rizières de Jatiluwih et à la place, nous avons visité la forêt des singes, accessible à pied depuis Ubud. Un endroit bien sympa pour les photographes et les autres :).

Les autres lieux à aller visiter dans la région sont le volcan Batur, Klungkung, les sources sacrées de Tirta Empul et surtout les temples !!! Ce n’est pas pour rien qu’on surnomme Bali « l’île des Dieux », on y retrouve une multitude de temples et de statues en l’honneur des divinités, on se rend rapidement compte de l’importance de la religion. Il suffit de voir les offrandes que les Balinais laissent un peu partout pour comprendre que l’ile est baignée de traditions religieuses. La vie est complétement rythmée par la religion et on retrouve même des petits autels sacrés au plein milieu des rizières.

Il y a bien d’autres endroits à visiter à Bali, il est donc vraiment difficile d’en faire le tour en quelques jours, j’aurais aimé visiter le nord de l’île, faire de la plongée pour explorer les fonds marins et partir à la découverte des cascades qui se cachent au centre de l’île… Je laisse ça pour une prochaine visite :p

Pour le reste du séjour, nous avons séjourné à Seminyak, proche de Kuta. Ici, l’authenticité n’est clairement plus au rendez-vous, on y va pour la très grande plage, mais le tourisme a fait son travail, grands hôtels, enseignes mondiales, rien de bien étonnant. Par contre si vous êtes dans le coin, il ne faut surtout pas louper Tanah Lot. Un temple au bord de mer où vous pourrez admirer le coucher du soleil. Petit conseil, une fois celui-ci couché, ne partez pas tout de suite, des milliers de chauve-souris attendent les derniers rayons du soleil pour sortir de l’immense grotte située en dessous du temple. Je peux vous dire que c’est un spectacle vraiment impressionnant, tellement impressionnant que je n’ai pas réussi à faire de belles photos de cet instant L.

Seminyak a été l’occasion de profiter de la mer et de ses activités, body surf, surf etc… La plage est suffisamment grande pour ne pas être collés les uns aux autres et c’est bien appréciable. C’est vraiment un super endroit pour se prendre une Bintang (comprenez, la bière locale) et assister tranquillement au coucher du soleil.

Au final, je garderai un super souvenir de Bali, j’ai vraiment été surpris par sa profondeur culturelle et artistique, cette île ne peut laisser personne indifférent, elle ne se raconte pas, elle se vit. Une aura particulière s’en dégage et c’est avec une bonne dose de nostalgie que je repense à ce petit coin du monde à l’atmosphère si profonde. Si j’ai la chance d’y retourner, je crois que je resterai sur Ubud, plus authentique, plus naturelle et j’en profiterai pour explorer le nord de l’île.